Christophe Esnault

 

 

 

Extraits de Planches ultimes

 

 

 

 

Utiliser pour tremplin (afin de s’élancer dans le vide) des mots pris*dans Les Œuvres Complètes d’Antonin Artaud. Procéder à une séparation (Artaud, le séparé) des mots du texte avant d’opérer un assemblage (associations improbables). Un assemblage remanié successivement qui privilégie la sonorité au détriment du sens. Triturer le matériau jusqu’à ce que (parfois) le champ lexical initial disparaisse. Créer des ruptures dans le texte, notamment par l’utilisation d’insertion de pronoms personnels (Je, Tu, Il, Elle, Vous…). Utilisations qui saupoudrent une présence vive, là où le propos se meurt dans la mort. N’avoir qu’une unique chose à dire (Planches ultimes happe l’écrivant et s’étend jusqu’au seul but admis (ou pas)), et le redire sans cesse et sans se répéter. Un fil conducteur s’ajoute à la démarche (qui s’efface vite au profit de la compulsion), cette citation d’Artaud : « Tout vrai langage est incompréhensible ».

 

*Mots choisis « en survol » de la page, mots qui comportent une densité potentielle ou évidente.

 

 

 

 

Seule la beauté déchiquette l’édredon d’oursins / L’enduit transborde les aromes exécuteurs / Ocre sous la meule / Baume des alcools scandaleux / Se résoudre au violacé / La littérature éclate sous la pression torrentielle du dégoût / Saillie du merveilleux / Cage ou habitacle / Là où bout la poussière / Traumatisme mûr tel un bubon insurgé / La culture oxydée brame ses sorties d’usine / Dépouille-toi et revêts la flamme du coq funéraire / Truffe collée à la lie / Trame de soupière en série / Clapotis du musc les nuits de noces / La décence observe la météorite du risque / Régression faramineuse / Poigne d’acier de la spiritualité efflanquée / Flots mous / La psychologie scrute et dissèque / Surgit la serpe qui déshabille / Prunelle atone / Elle se baigne nue dans l’océan son ami organique / Déferlent les internements / Éruption gélatineuse / Empire excrémentiel / La perception dissimule son théâtre embryonnaire / Organisme comblé par des appétits de musaraigne / Elle transmue ses années d’escarres et de carences amoureuses en une fièvre insolite et anxieuse / La vie dépendra des démons inéluctables / Eczémas sexualisés / Détruire le fascinant sous le contrôle des limbes / Érotisme incréé / Lyrisme corporel / L’évidence s’achève lors de la première visite du repoussoir / Rituel des espaces épousés / Obscénité inopérable / Elle cautérise / Les zonas invitent les tuberculoses à rejoindre la modernité des sarcophages / L’épidémie dans le fruit / Théories d’araignée maintenues dans leurs cohésions / Impulsion spécieuse / L’énergie de la larve dépasse largement celle d’une résolution amère / Elle oppose sa gorge aux armées et s’embarque seule sur le sampan fracturé de sa propre désertion

        

 

**

 

La palpitation se range auprès d’accessoires inusités / Une fosse de malentendus où fleurit la crainte / L’équilibre s’atteint dans la déception / Anachronisme romancé / Désespoir mis en relation avec son rythme / Vous m’ensevelissez sans bouger une phalange / Culmine la victime sur son haut perchoir / Modulations circonstanciés / L’infini se rétracte sans atteindre sa maturité d’iceberg / Facultés équivoques / J’atèle l’anxiété à sa monture démoralisante / Débâcle de la pesanteur / Ligne courbe détraquée / L’enfant chétif bégaie ses réflexes / Aimantation faciale virulente / Obnubilé par les images de rouille / Inopérante destruction du lien / Elle brûle là où les nuits n’excèdent pas quatre heures de défenestration lente / Sarclage coagulé / L’intégrité se colore en remuant son bassin / vocabulaire ceinturé / Je m’enrobe de maladies fluctuantes / La fissure se veut une continuité à la conscience / La vitalité recompte ses mailles / Vous pervertissez le pire de vos yeux obscurcis / Controverses grouillantes / Syntaxe dégonflée / L’anodin ou le trésor de son vide / Ennuis comparés / Mes représentations végétatives s’emparent du détail pour le lustrer à l’émeri / L’innomé se resserre sur une civilisation résorbée / Sur le bout du rien s’appuient des constances désenclavées / Bardé d’étreintes affamées / L’exaltation minime perd les eaux / Effervescence de l’emprisonnement / Emplettes d’abjections sous vide / S’empiffrer d’anciens chromosomes / L’autolyse résolue / Le mur abattu où l’on exécute la polémique / La  pénibilité enfile son scaphandre / Les griefs lapidaires fléchissent quand la lamentation baptise ses porcs / La sottise vaut son envers inepte / L’indispensable diminue à vue d’orbite creuse / Je suis le seul signataire de ma vitrification effective            

 

 

**

 

Convoi d’invectives arrachant arbres et forêts / Contraint de greffer sa peau à l’odeur étatique / Sanctionné par le trouble que procure l’aura du lombric / Un juge décide de l’hémorragie qui est bonne pour vous / Anatomie aveuglante / Vous trompez ouvertement la promesse murmurée aux cendres des damnés / définitivement meurtrie / Circonstance bleutée / À rebours des batailles tactiles déphasées / Enraciné aux reflets des cafards / Emmitouflé en marge de la concordance / Maintes fois trépassé / Croire en l’adhérence du poison sur la paroi du verre brisé / Cicatrice ravie / Abus déstructurant / L’odalisque tend son regard de cristal vers la couleur la plus vive / Arroser d’essence les peaux roses pour mieux les assainir / Hurlement prémédité / Molestations innombrables / Renifler son urine pour éloigner le gaz mortel / L’attraction flagellée / Tu tricotes ton empathie devant la lucarne d’une énième idylle pornographique / Un sosie sable le miroir schizothyme / Approcher la raison d’être par sa face la plus aberrante / Poussières de cuivre semées sur l’index de l’ignorance / Littérateur hyperactif debout sur sa paillasse / Dire non avec sa crasse en guise de carabine chromée / Charnier doux et unilatéral / La conséquence sulfureuse dispose de la plus charmante astreinte / Initié vaincu par la mandragore / Vous savourez le mythe confit dans l’absurde / Réprouvé et sans une once de consolation /  L’œil gravé en sa pupille / Sous les baisers fruités de la potence / La combustion escamote vingt-quatre millénaires de noirceur / En retrait des immondices une sirène hypersexuelle corrige des copies dans un arbre / Beauté d’océans inédits en ses contours / Un corps pour retrouver son corps / La fin attendue ouvre ses ciseaux sous des auspices liquéfiés /  Nous serons vivants et nus    

 

 

 

 

 

 

 
  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

Abonnement pour le site (newsletters, textes, suivi...)

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now