Lola Sapin

 

 

 

C’est simple : j’avance le poing qui devient main tendue, effleure, se rétracte, poing de nouveau, qui poing se crispe en pierre, s’aplatit en feuille rugueuse, phalangée, vert sombre, sève comme du sang de têtard séché, noirâtre, puis deux doigts, index/majeur, dressés, muent la feuille en ciseau :

 

c’est simple.

 

Le ciseau digital tranche l’air le répartit en deux cubes égaux et de mêmes arêtes. Un cube inerte, poisseux. L’autre cube clair, vivace : mais de mine mauvaise. On ne sait pas ce qu’il y a dedans, l’un ou l’autre. Il faut y aller. Il faut y découvrir. Faut-y. Du coude poussé, un cendrier Pall Mall avance dans le second cube (mine mauvaise !) : les cendres voltigent, se compactent en cigarettes (non pas Pall Mall : Bastos) ; les cigarettes forment des faces de fœtus hagards, blêmes, les fœtus me fixent enfiévrés, le clope aux lèvres (encore une autre marque), point rouge, fumeux,

 

c’est simple : la nuit commence.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

Abonnement pour le site (newsletters, textes, suivi...)

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now