Estelle Fenzy

 

 

 

 

La première fois un oiseau

a battu des ailes dans mon ventre

a disparu longtemps

 

Il a fallu des années – tout une enfance

pour le présent de ton visage

 

Le temps a écarté ses mâchoires

 

Tu as fait feu de ton bois

dans ma maison

 

 

 

***

 

 

Tu dis je rayonne – brûle

 

tu tisonnes les mots - tentatives

combustibles à mon oreille

 

Tu pyromanes alors

je rayonne encore plus

 

Mes mains rient légères

 

j’ai oublié mon ombre