Ouverture du FPM N°12

 

Frédéric Forte

 

 

Ombre,

tu sais ?

c’est ce mot

-là qu’on ignore

quand on est le ciel,

tout simplement, oui, on

voilà (au commencement)

on n’en a pas l’utilité

 

 

On est du potentiel :

flot, nuages, nombre,

thé-

orie de questions lancées

dans le moment

le mot

motorisé, en suspension,

tu encore

 

 

 

Comment

n’est essentiel

en rien, hop ! s’évapore

avant d’encor savoir le sombre

et de s’inventer raison

où finir hanté

[           ]

c’est

 

Oui une maison

[           ]

[           ]

torrentielle,

pom pom pom pom de dynamos,

[           ]

thé

léger dans le surnombre

 

 

Les animaux

n’existent pas ou dans le fond

affluent au dénombre-

ment ;

tout est é-

tiré dans le temps, passés

comme au tamis les corps,

le ciel

 

 

N’est pas immobilité :

[           ]

ciel toujours ciel

[           ]

(clore

en sous-main le peu de pénombre)

[           ]

car le mouvement,

 

 

 

La pluie hollywoodienne impor-

tée

[           ]

(même oh !

même saut ramassé,

officiel,

quand l’œil désencombre

l’air) alors on

 

 

Sait, on sait :

que « choses à » encore,

que voilà, oui, démonstration :

un décor planté

là, sombre-

ment

exponentiel,

et puis tous les autres mots

 

 

 

      est le seul poème écrit d’un livre « abandonné » intitulé Très peu d’objets nous font de l’ombre et basé sur les 64 hexagrammes du Yi King.

 

 

 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now