Se

cond

souf

fle

Georges Thiéry

15/05/20

 

Déviant les peurs ancestrales sur le gouffre des interpellations musclées, paraissant puis détruisant les derniers hémisphères fébriles du globe surplombant l’atmosphère saturée d’erreurs insignes, fuyant les derniers remparts de la certitude et les avènements tragiques , la radiance infinie poursuit le chemin d’être en être toujours vers une lumière accrue supprimant les dernières failles de la psyché vacillante ramenant à une intériorité sanctifiée par l’âme le corps exprimé des derniers regrets, des derniers errements, de la plénitude de l’acte, de l’abandon des servitudes de la présence vers le tapis de lin, le thé jasmin, la pointe sonore dans un espace limité de lumière , sérénité du temps qui parachève sa chute dans la vigilance au geste et l’unité retrouvée avec la source dont jaillit toujours plus la miséricorde infaillible, plus de trop trop peu juste un mouvement emplit de grâce une gloire à l’éternel sur lequel je laisse une trace infime, subtile, si fine presque rien au yeux de tous presque rien à tes yeux où coule l’âme fine et ciselée de l’absence.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

Abonnement pour le site (newsletters, textes, suivi...)

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now