Jean-Christophe Belleveaux

 

 

 

 

 

 

Rien que toi et les pronoms / toujours le poids, tu vois pas que ça pèse ? Le beau désastre dégouline, les tables de la loi s'effritent -paresse ivresse, quel beau couple que ces deux-là !

 

Salpêtre des jours, tout s'arrête : les angles, les os, l'écriture. Rien que l'effroi, le froid, la paix ; on y va, bûcheron des jours tranquilles à débiter les émaux de la phrase, ô fagot de la carabistouille, vieille mixture, ténèbre sans importance.

 

On se dévêt.

 

Rien que l'ombre de la main, flottaison de bois vieux, un peu d'âme aussi, de hauts-fonds jonchés de corail. Ne pleure pas, émascule la souffrance. Le pain rassis de la mort, n'y casse pas tes canines. Rien que la course idiote et sans but.

 

 

 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now