Jean Piet

Les travaux

 

 

Nous étions là, tous les deux,

Retapissant notre misère,

Lé par lé, dégoulinants de l'espoir

De jours meilleurs, où notre château

Dans la tête, deviendrait pierre.

 

Un peu de peinture, comme bain de jouvence,

Un peu de blanc sur le terne de ces derniers jours,

Le bruit du rouleau, qui déferle en vagues puissantes,

Recouvrant le temps qui passe d'une jeunesse immortelle.

 

Des dalles autocollantes sur le vieux parquet

Etouffent les cris du bois qui craque,

Le bruit des souvenirs, des rires de nos parents.

 

Les gestes répétés fatiguent le corps,

Mais le renouveau envahit les pièces d'un vent doré,

D'une poudre aux yeux, que l'on applique généreusement

Sur les paupières plissées, pour leur redonner

L'âge auquel on ne compte pas encore les jours d'absence.

 

 

 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now