René-Ralf

le zonnement imperceptible

 

assourdit

et balafre le drap tendu par la nuit

le noir n’est jamais noir

le silence

un leurre

cœur et corps connectés

aux flux

aux débits

 

je rêve en wifi

 

 

*

 

le train s’ébroue et

s’étire

perfore

le soleil horizontal

- dard lancé à pleine vitesse

explosant l’espace

aux fenêtres de ses passagers

qui

paysage après paysage

meurent un peu