Rodrigue Lavallé

 

Ce qu'on frôle

 

 

 

 

 

 

étendue des silences

étendues

des visages

on

 

se heurte à la

coïncidence des pierres

 

murs

monticules

graffitis

 

    nous passons

 

***

 

nous avons nous sommes

passés, nous,

nos débords poreux,

 

flous décors défilés,

filons

 

    de corps incrustés

 

***

 

mous, leurs peaus cachetées

passons à côté, même de nous

même dans,

des bulles

 

ce qu'on dit

    se rapproche,

 

***

 

se rapprochent particules sérielles

non,

 

ce qu'on dit se dissoud dans ces bulles

vides,

 

on dirait en substance

    l'absence de

 

***

 

l'absence des lèvres, ou

pourtant profondeur maternelle des gorges

singulières,

des cendres se lèvent

 

coeurs corps artificieux

marchent on a marché

sur la cendre

 

soulèvent

des crânes au creux des ruines

 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

Abonnement pour le site (newsletters, textes, suivi...)

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now