Jacques Jean Sicard

Frag

ment

s

Le Pont du Nord de Jacques Rivette

Soit une carte géographique. Sur laquelle une main a tracé un réseau de lignes. Qui ressemble à un maillage ou un zonage. Et renvoie au trémail, au plan de bataille, à la toile d’araignée. Image qui vaut pour le film en son entier. D’où se dégage l’idée qu’on prête en général à Jacques Rivette du complot.
Essayer d’y voir autre chose. De regarder autrement. Peut-être les craquelures d’une toile de peinture. Vue de loin, la toile présente un lissé quasi photographique ; vue de près, c’est une vieille peau, parchemin d’une tête réduite.
Les gerçures de la suite d’images sont concertées. Elles ne passent pas par l’usage de certains pigments ou vernis, mais à l’ancienne par la colle et le ciseau. Du moins symboliquement. Il s’agit d’un découpage sous-jacent dont la fonction est de ruiner l’unité séquentielle de ce qui est vu. Tout en préservant les apparences. Qui dès lors ne sont plus que trompe- l’œil ou mirage. Mirage sans le loisir de l’oasis.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now