Noyer au rêve de Luminitza C. Tigirlas

Aux aguets de toute promesse de langage, Luminitza C. Tigirlas évite le banal et les poncifs en s’habillant d’un verbe et d’un temps sans frontières, en longeant cet « ailleurs intime ancré en nous-mêmes [qui] forme un territoire extime. »* Et c’est bien par là qu’elle nous offre par bonheur son premier recueil de poèmes.


PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR


La tige libère le saut encore brou et la mémoire de l’être-poète tient éveillé un dieu phonémique. Il donne corps aux ondulations d’une attente révélatrice dans ce recueil où pour d’autres jonctions / des figures jaillissent de ma cosmose. Le rythme de la poésie est décidé par une lame de fond, les mots remontent, parfois vertigineusement, à la surface de l’oubli. Ils nomment Faiseuse de vagues, celle qui souffle sur le feu des trois langues. Dans cette étreinte, le noyer est à l’enfance, à la nudité du rêve, aux jours-flotteurs d’anneaux… Végétal, un quatrième idiome sécrète le manque au fil des poèmes par les racines et les chatons du noyer. Nucarul, l’arbre mythique est témoin volubile de cet autre exil — meurtrissure dans la chair des vocables maternels. Par-delà la perte, une sève non répertoriée / s’offre aux nouvelles entremises des mots / sur les calvaires d’une langue personnelle — le territoire intime de l’être s’éploie vers un autre exorde...


EXTRAIT

" Fends l’air familier

éloigne-toi d’un bond

Ce lieu n’est plus à nous

J’ai corrompu ses couleurs

ses eaux

ses herbes

ses bêtes

ses odeurs

À les enchanter j’ai tout abîmé

par des mots celés

Ce pays ne reconnaît plus le son

de ma voix sans timbre

Des vautours l’ont arraché à ma bouche

Dépourvue de tonalité

me voilà sur les vestiges du rêve

dans un poème de Baudelaire

Pagaille ! Aucune doublure pour moi

à part le ronronnement d’une chatte

Le poète hirsute m’a livrée au ravin

d’où je plains ma voix volée

Ne t’arrête pas

Ton regard sillonne mes abîmes sonores "

Noyer au rêve, Éditions du Cygne.

*Entretien avec Clara Regy dans Terre à ciel.

Luminitza C. Tigirlas, Noyer au rêve, Éditions du Cygne, 2018.

Préface de Xavier Bordes. Illustration de couverture : Doïna Vieru.

Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

ISSN : 2425-5947    

Découvrez le petit journal du FPM en piquant sur le taureau!

En affinité
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now